En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies, afin que nous puissions vous proposer un service adapté et de qualité

Nos services de soutien scolaire

Nouveau
Payez en ticket CESU

De quel service de soutien scolaire avez-vous besoin ?

Langues

Matières

Nos professeur pour vous donner un soutien scolaire

Voir tous les professeurs (1035)

Les clients nous font confiance

Nos dernières annonces de soutien scolaire

Soutien scolaire : Mathématiques à Versailles (78000)
Ingénieur en robotique, Passionné par les nouvelles technologies, le vélo. J'ai une expérience de 7 ans en cours part...
1 h 30 de service
30,00
Soutien scolaire : SES à Ventabren (13122)
Ma fille Margot est en terminale avec spécialité SES et elle souhaiterait pouvoir approfondir ses connaissances tout ...
1 h 30 de service
30,00
Soutien scolaire : Anglais à Saint-Martin-du-Manoir (76290)
Bonjour, j aimerai que mes enfants aient un bon niveau d anglais en grandissant. Ma fille est en 4 ème et mon fils en...
1 h de service
18,00
Soutien scolaire : Français à Neuilly-sur-Marne (93330)
Ma fille a 8 ans est en Ce1 et j’ai besoin qu’elle puisse être accompagné régulièrement pour la lecture ainsi que ses...
1 h de service
15,00
Voir toutes les annonces de soutien scolaire (63)

Comment fonctionnent nos services de soutien scolaire ?

Demandez un service

Remplissez le formulaire et obtenez une estimation du prix et de la durée

Choisissez votre jobeur

Des jobeurs compétents et proches de chez vous vous proposent leurs services

Souriez, c'est fait !

Votre jobeur vous rend service au prix et à la date convenus

Nos services de soutien scolaire près de chez vous

Tous nos articles sur le soutien scolaire sont sur le blog


La FAQ du soutien scolaire

Quels sont les facteurs de l’échec scolaire ?

C’est la question que se posent tous les parents d’élève devant le bulletin de note de son enfant : Pourquoi est-il en échec scolaire ? Ai-je fait quelque chose qu’il ne fallait pas ?

Les facteurs du décrochage scolaire sont multiples et la littérature sur le sujet abondante. Il faut voir l’échec scolaire comme un cercle vicieux (tout est lié, il n’y a pas de raison unique). Chaque enfant est différent, possède sa propre faculté d’apprentissage, a sa propre histoire et dispose de ses propres outils pour faire face à sa scolarité. Vous l’aurez donc compris, l’origine de l’échec scolaire d’un enfant est liée à son histoire personnelle.

Dans la grande majorité des cas d’ailleurs, les raisons de l’échec scolaire sont multiples et interconnectées :

  • La motivation des élèves
  • Le stress
  • L’estime de soi
  • Le milieu social
  • La famille
  • Le système économique
  • Le système scolaire

Il n’existe donc pas un problème mais « des problèmes » qui peuvent s’accumuler dès le plus jeune âge. Une situation sociale difficile, un manque d’accès aux ressources nécessaires pour l’apprentissage, des causes psychologiques qui l’empêche de se concentrer, une situation familiale défavorable, des professeurs qui ne sont pas à l’écoute… tout cela peut engendrer le décrochage qui, s’il n’est pas très tôt pris en main, peut entrainer l’échec scolaire.

Une fois qu’un élève commence à décrocher, il se forme une sorte de mur, un manque de désir d’apprendre. L’élève se sent frustré, incapable, rejeté ou même s’ennuie et fini par ne plus être intéressé par son propre apprentissage.

Quand l’élève ne vient plus à l’école pour apprendre et s’enrichir mais simplement par conformité, le décrochage fini par se transformer en échec scolaire. C’est d’ailleurs particulièrement le cas si ni l’élève, ni le maitre ne se rend compte de la dérive en cours. L’élève fait ses devoirs, participe en classe et pense remplir sa part du contrat, tandis que le professeur de son côté pense que le cursus a été appris et passe à autre chose, alors que ce n’est pas le cas.

Afin de contrer les problèmes de décrochage scolaire, il est important de bien comprendre les problèmes auxquels nos jeunes font face à chaque étape de leur vie :

L'échec scolaire à l'école primaire

A l’école primaire, les enfants ne sont pas encore dans leur phase de « rébellion » et le décrochage scolaire est ici beaucoup plus lié à des troubles de l’apprentissage. Il est important de parler avec son professeur afin de mieux comprendre comment aider l’enfant. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec un neuropsychologue qui, lors de la consultation, pourra évaluer plus précisément le·s trouble·s de votre enfant et commencer à travailler pour remonter la pente.

L'échec scolaire au collège

Au collège, les causes du décrochage sont différentes. Ici, l’élève arrive à un âge auquel il souhaite s’affirmer en tant que personne… c’est le début de l’adolescence. Refus de l’autorité, crise d’adolescence ou encore d’affirmation de soi, le décrochage n’a parfois pas de lien avec la scolarité en tant que tel mais plus avec son envie de s’affirmer. Le collège, c’est aussi un moment où l’élève est particulièrement affecté par son entourage et par les commentaires négatifs autour de lui. Discutez-en avec les professeurs et essayez d’adapter les devoirs pour lui redonner confiance en lui.

L’échec scolaire au lycée

Le lycée est la dernière étape de votre enfant avant de devenir un adulte. Ici, tout va beaucoup plus vite et la responsabilité de l’élève est accrue. Les jeunes, en plus de devoir prendre leurs marques, devront s’impliquer beaucoup plus dans leur propre réussite. Si certaines lacunes se sont accumulées au collège, l’étape du lycée n’en sera que beaucoup plus difficile car il ne s’agit plus ici d’aller à l’école parce que vos parents vous l’ordonnent, mais d’aller à l’école pour trouver sa voie. En même temps, les adolescents ont de nombreuses autres préoccupations que la scolarité. C’est pourquoi il est important de prendre part à la vie de votre enfant et de discuter de ses problèmes et de ses envies.

L’analyse de l’échec scolaire est une discipline extrêmement complexe dans laquelle on retrouve de nombreux facteurs s’imbriquant les uns dans les autres. Mais pour contrer le décrochage, une chose est sure : il faut redonner aux élèves l’envie d’apprendre pour s’enrichir personnellement.

Quelle différence entre « élève en difficulté » et « élève en échec » ?

L’auteur Philippe Meirieu nous informe que : l’élève en difficulté a besoin d’un peu plus d’attention pour pouvoir se remettre à niveau et retrouver le plaisir d’apprendre, tandis que l’élève en échec est, lui, en rupture complète avec l’école.

L’enfant en difficulté relève de ce que l’on appelle « la pédagogie différenciée ». Ici, la pédagogie doit s’adapter aux besoins de l’élève et à ses capacités d’apprentissage. Le but étant de lui redonner confiance dans ses capacités d’apprentissage pour lui faire remonter la pente.

L’élève en échec est en rupture complète avec le système scolaire. Il n’a plus envie d’apprendre pour lui, mais parce qu’il est forcé et se sent en inadéquation avec le système.

Vous l’aurez donc compris, l’élève en échec est un élève qui était d’abord en difficulté et qui, petit à petit, s’est désintéressé de l’école au point de ne plus rien y trouver d’intéressant.

Quelle différence entre soutien scolaire, aide aux devoirs et remise à niveau ?

Ces concepts sont tous des compléments éducatifs mais se différencient sur plusieurs points.

L’aide aux devoirs, d’abord, sert surtout à superviser le travail à la maison de votre enfant afin que tous ses devoirs soient faits en temps et en heure, mais aussi afin qu’il puisse bien comprendre les concepts appris en classe si le professeur est allé un peu vite. L’aide aux devoirs permet à l’enfant d’éviter le décrochage scolaire avant qu’il ne pointe le bout de son nez. Ici, il s’agit de passer quelques heures par semaines avec un professeur particulier ou un étudiant pour avancer plus vite avec les devoirs à la maison.

La remise à niveau part d’une observation des parents et des professeurs qui s’aperçoivent que l’enfant est en difficulté avec l’apprentissage. L’élève est en retard par rapport à ses camarades de classe et a donc besoin de cours de remise à niveau qui lui permettront de revoir les concepts qu’il n’a pas compris en classe. De cette façon, le décrochage peut être évité et l’élève peut retrouver le plaisir d’apprendre. La remise à niveau se fait souvent pendant les vacances ou le weekend avec des cours organisés par des professeurs particuliers.

Le soutien scolaire, enfin, rassemble en quelques sorte les concepts précédents. Il s’agit ici d’aider votre enfant avec ses devoirs ou avec les concepts qu’il n’a pas compris en cours. Le soutien scolaire se déroule sous forme de cours particuliers (ou en groupe) qui se déroulent tout au long de l’année scolaire. Ici, le professeur pourra reprendre avec l’élève tout ce qui lui pose problème, peu importe la matière… le but étant que l’élève soit à l’aise avec sa scolarité et sa faculté d’apprentissage.

Comment remotiver les élèves en échec scolaire ?

Il s’agit ici de la question la plus importante : comment redonner l’envie d’apprendre à un enfant décrocheur ?

L’abondance de littérature sur le sujet est assez claire, la vaste majorité des enfants sont née avec la faculté d’apprendre. Certains néanmoins finissent par décrocher et il est important de redonner envie à un élève d’apprendre pour son propre enrichissement personnel plutôt que pour des raisons de conformité aux règles. Nous l’avons vu plus haut, beaucoup se sentent frustrés, abandonnés, rejetés par le système scolaire. Une fois le découragement en place, il est difficile de redonner de la motivation aux enfants… alors comment remotiver les élèves en échec scolaire ?

Les causes de l’échec étant multiples, il n’existe pas une solution miracle, mais plusieurs stratégies peuvent être mises en place pour faciliter la transition vers le succès.

1. Dépister les difficultés le plus tôt possible

Notes en dessous de la moyenne, problèmes relationnels à l’école et ennuie sont autant de symptômes annonceurs du décrochage scolaire. En tant que parent, il est important de discuter avec votre enfant pour cerner ses problèmes avant qu’ils ne s’accumulent. Parlez-en aussi avec ses professeurs qui pourront vous aiguiller concernant les besoins spécifiques de votre enfant.

2. Apprenez à votre enfant à se connaitre lui-même

L’absence de projet professionnel ou encore la possibilité de se projeter dans le futur font partie des raisons pour lesquelles votre enfant ne s’intéresse pas à l’école. Discutez avec lui de ses envies, ses passions, ce dans quoi il est bon. Cela vous permettra d’élaborer un chemin d’apprentissage basé sur ses propres facultés et qui lui montrera qu’il est possible d’apprendre en s’amusant.

Vous pouvez aussi passer des tests ensemble pour comprendre le type d’intelligence de votre enfant (Selon Howard Gardner, il existe plusieurs types intelligences : intelligence corporelle, linguistique, logico-mathématique, spatiale, musicale, naturaliste, intra-personnelle, inter-personnelle). Cela vous permettra de mettre en place des activités qu’il aime et qui lui donneront beaucoup plus envie d’apprendre.

3. Focalisez-vous sur les réussites de votre enfant

Malheureusement, il est beaucoup trop fréquent de voir que le système scolaire se focalise beaucoup plus sur la compétition et les échecs des enfants plutôt que sur leur réussite. Il est très important d’encourager votre enfant le plus souvent possible lorsqu’il réussit quelque chose… peu importe si c’est une grande ou petite réussite. Cette infusion de positivité va lui montrer qu’il est capable de grandes choses et devrait renforcer son estime de soi.

4. Trouver le bon environnement d’apprentissage

Pour bien apprendre, il faut de bonnes conditions de travail : un endroit calme, sans distractions, où il peut se focaliser sur la tâche à réaliser. Il est aussi très important que vous puissiez aider votre enfant à bien organiser son travail avec des horaires fixes définis à l’avance, des pauses et des méthodes d’apprentissage qui l’aident à avancer.

En montrant à votre enfant qu’être bien organisé lui permet de mieux travailler et de finir plus rapidement, il découvrira qu’il aura ainsi plus de temps pour ses loisirs.

5. Communiquez, communiquez et communiquez !

On ne le répètera jamais assez, mais si vous ne deviez retenir qu’une seule chose de tout cet article, c’est l’importance de la communication avec votre enfant. Ce n’est pas toujours facile (particulièrement à l’adolescence), mais prendre part à la vie de votre enfant et comprendre ses problème à travers ses yeux d’enfant vous permettra d’éviter que le décrochage ne se transforme en échec scolaire.

6. Proposez-lui des cours de soutien scolaire

Une fois que vous aurez cerné les problèmes les plus importants de votre enfant, vous pouvez lui proposer de prendre des cours avec un professeur spécialisé dans la matière qu’il déteste. Parce que vous aurez prit le temps de comprendre les problèmes de votre enfant, vous arriverez beaucoup mieux à choisir un professeur qui correspond à ses besoins et ses attentes. Il est important ici que vous travaillez main dans la main avec votre enfant pour lui faire comprendre qu’il peut en retirer quelque chose de positif plutôt que de voir cela simplement comme des devoirs en plus.

Pourquoi opter pour le soutien scolaire ?

Parmi toutes les solutions proposées pour faire face au décrochage, le soutien scolaire se trouve en bonne position. En effet, cela semble assez logique : si votre enfant a des problèmes en mathématique, aidez-le en lui proposant plus de cours de mathématique. L’idée n’est pas mauvaise car si les besoins de l’enfant sont bien cernés, avoir un professeur particulier qui pourra aller plus doucement et l’aider à comprendre ainsi qu’à apprendre ne peut être que bénéfique.

D’ailleurs, un collégien sur cinq et un lycéen sur trois prennent des cours particuliers à domicile et dans 8 cas sur 10, les parents constatent des améliorations sur les résultats scolaires de leurs enfants. L’idée de proposer des cours particuliers est en vogue car les parents sont 65% à affirmer qu’ils seraient prêt à recourir au soutien scolaire s’ils en avaient les moyens.

Néanmoins, pour que le soutien scolaire soit réellement efficace, vous devez proposer un accompagnement personnalisé à votre enfant. C’est pourquoi il est vraiment important de discuter en premier lieu avec votre enfant afin de bien comprendre ses besoins. C’est seulement en redonnant envie à un enfant d’apprendre que le soutien scolaire fonctionnera sur le long terme.

Grâce à un professeur particulier, les enfants pourront apprendre à leur rythme sans avoir peur de se tromper. Ils pourront dépasser leur timidité, reprendre confiance en eux et découvrir qu’ils peuvent apprendre si on leur laisse le temps nécessaire.

Combien coûte le soutien scolaire ?

Il est difficile de donner un chiffre précis à cette question car cela dépend de beaucoup de choses :

  • Est-ce que vous engagez un étudiant ou un professeur des écoles ?
  • Est-ce vous prendrez un forfait au mois ou à l’année ? (Et pourrez demander une réduction)
  • Est-ce que vous préférez les cours individuels ou en groupe ?
  • Est-ce que vous habitez en ville ou à la campagne ? (Les déplacements sont souvent facturés)

Le prix moyen d’un cours de soutien scolaire se trouve entre 20€ et 40€ de l’heure, mais tout dépend des conditions dans lesquelles les cours se déroulent.

Soutien scolaire : existe-t-il des aides de l'État ?

En soit, il n’existe pas d’aides généralisées pour le soutien scolaire, mais il existe de nombreuses bourses de l’Etat qui peuvent vous aider avec la scolarité de votre enfant, de l’école primaire jusqu’au lycée.

De nombreuses aides à la scolarisation sont gérées par l’administration locale. Pour savoir à quelles aides vous avez droit, la meilleure solution reste de prendre rendez-vous dans votre mairie qui pourra vous aiguiller.

L’aide la plus connue est bien évidemment l’ARS (l’Allocation de Rentrée scolaire). Cette allocation est versée sous condition de ressources des familles pour leurs enfants de 6 à 18 ans. Attention cependant pour l’enfant du primaire, cette aide n’est pas versée dans tous les départements.

Pour le collégien ou lycéen, l’ARS pourra être demandée avant chaque rentrée et vous permettra de faire face aux dépenses de scolarité de vos enfants.

Il existe aussi deux autres type d’aides de l’Etat :

  • Les bourses
  • Les fonds sociaux

En effet, il est possible dans certains cas de demander une bourse à votre collectivité locale. Dans certains cas, commune, département ou région peuvent aussi vous aider financièrement (à hauteur de 152€ par trimestre, en 2020) si vous remplissez les conditions nécessaires. Une fois de plus, votre mairie sera votre meilleur interlocuteur ici.

Le fond social, quant à lui, est destiné aux collégiens et lycéens dont les familles éprouvent des difficultés face aux dépenses scolaires. Le dossier est à retirer directement auprès de votre établissement scolaire qui décidera si oui ou non, vous pouvez avoir accès à ce fond supplémentaire.

Une autre aide intéressante est le CLAS (Contrat Local d’Accompagnement à la Scolarité) qui est géré par votre CAF départementale. Cette aide s’adresse aux élèves du premier et second degré en difficulté. Elle ne porte pas sur l’aide aux devoirs à proprement parlé mais sert de soutien pour que les enfants puissent s’épanouir et réussir à l’école.

Pour y avoir droit, vous devrez en discuter avec votre école et la CAF de votre département. Il sera ainsi possible de mieux cerner les problèmes que rencontre votre enfant et les solutions pour y remédier. Il ne s’agit pas ici d’une aide financière mais d’un accompagnement qui a vocation à aider votre enfant avec sa scolarité.

Et bien évidemment, le CESU qui vous permet d’obtenir une réduction d’impôt équivalente à 50% de vos dépenses d’aide aux devoirs. Retrouvez toutes les explications ci-dessous ou dans notre guide complet sur le CESU.

CESU et soutien scolaire, comment ça marche ?

Le saviez-vous ? Vous pouvez payer vos cours de soutien scolaire et d’aide aux devoirs avec le CESU et bénéficier de 50% de crédit d’impôt !

En effet, le principe est d’ailleurs assez simple : Si vous souhaitez offrir des cours de soutien à vos enfants, vous pouvez décider soit :

  • D’engager un professeur particulier qui passera toutes les semaines chez vous pour proposer à vos enfants des heures de cours (vous êtes un employeur ici)
  • De faire des demandes ponctuelles quand vos enfants ont des problèmes dans une matière précise.

Dans les deux cas, vous pouvez payer votre prof avec le CESU et profiter d’une réduction de 50% de vos dépenses. Ainsi, un cours de mathématique à 16€ de l’heure ne vous coutera au final que 8€.

Pour savoir comment utiliser le CESU, nous vous conseillons de jeter un œil à notre guide ultra documenté qui répond à toutes ces questions (cliquez ici pour lire notre guide sur le CESU).

Comment déclarer des cours particuliers ?

Comme nous vous l’expliquions dans notre guide, il est très facile de déclarer des cours particuliers grâce au CESU. De cette façon, vous pourrez bénéficier des 50% de crédit d’impôt qui diviseront par deux le coût de vos cours particuliers.

Pour ce faire c’est très simple :

Comment déclarer des cours particuliers

Une fois votre déclaration réalisée, l’URSSAF se chargera de prélever automatiquement les cotisations dues et d’envoyer à votre salarié sa fiche de paie. En tant qu’employeur,  une attestation fiscale vous sera envoyée au début de l’année suivante. Elle vous permettra de profiter de tous les avantages fiscaux liés au CESU. Vous retrouverez cette attestation sur votre tableau de bord dans la catégorie « mon avantage fiscal ».

Sur Youpijob, c’est encore plus facile, vous pouvez ajouter ou transférer vos tickets CESU directement sur le site et les utiliser sur notre plateforme… Youpijob se charge de faire la déclaration pour vous ! Pour ce faire, vous devez vous inscrire sur Youpijob (l’inscription et l’utilisation du site sont gratuits) et ajouter vos tickets CESU via cette page.